L'Ame du Poète



Le Monde, comme hier, roule et comme demain
Nous ne comprenons rien à ce que l'on comprend
Nous savons que le feu et l'air sont tansparants
Et qu'un poète naît ainsi que le matin

Les Forces sont en moi comme dans une forge
Les étoiles sont des charbons en feu qu'éteint
Je ne sais Qui de fort qui s'en va le matin
Et qui forge les sangliers, le poète et l'orge

Un poète va naître, oh, que Dieu est bon
Le Monde va naître dans une prison
Nous sommes les anges que l'on ne peut voir
Nous aimons les mendiants aux doigts en sous noirs

Le poète est né, gloire! Il faut entendre
Cette paix de bonté et ces chœurs d'Harmonie
Ecoute, les anges chantent de beaux cantiques
Ils ont des harpes, des écharpes et des voix tendres

Ce poète est né, oh, que Dieu est bon
Ce Monde est né dans une prison
Nous sommes les anges que l'on ne peut voir
Nous aimons les mendiants aux doigts en sous noirs

Unissons nos devoirs et soyons le poète
Qui a un seul cœur et qui a une seule tête
Ce sont les choses de tous les jours, qui, comme avant
Continuent pour qu'il les aime et pour qu'il les chante

Les Forces sont en moi comme dans une forge
Les étoiles sont des charbons en feu qu'éteint
Je ne sais Qui de fort qui s'en va le matin
Et qui forge les sangliers, le poète et l'orge

Dors, ô Terre